Extrait

« Toujours vêtue de noir, la mère va en journées l’été elle aussi, se cassant les reins avec ses petits autour d’elle tandis qu’elle travaille aux champs en plus d’assumer l’éducation des enfants et l’entretien de la maisonnée. Elle les nourrit à midi au bord du champ, se prive parfois de manger pour qu’ils n’aient pas faim. (…). Les enfants de moins de six ans, trop petits encore pour aller à l’école, donnent un coup de main aux champs quand c’est possible, pour ramasser les betteraves par exemple. (..). C’est une femme au bon cœur, gentille, douce mais très exigeante : il faut marcher à la lettre et ne pas déroger aux règles qu’elle fixe avec autorité. Elle ne tolère pas d’écarts, surtout pas en ce qui concerne l’heure du retour de l’école (…). Et puis de toute façon, c’est décidé comme ça, y a rien à dire et faut obéir voilà tout. »

Entre hier et demain, au Bas Breil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *