Actualités

Témoignage : C’est important de laisser du temps

« Il y a une grande faculté d’écoute et d’empathie de la part de Laurence. Elle pose des questions pertinentes qui permettent de relancer le dialogue, questions obligeant parfois à approfondir-préciser-reformuler des souvenirs presque oubliés. C’est important de laisser du temps à la personne pour qu’elle reprenne une certaine sérénité (c’est une lourde épreuve que de se pencher sur son passé!) et puisse achever sa biographie sans trop d’émotion. »

Monique.

Extrait : Tu feras ça plus tard

Monique est née en 1927. Je suis allée à deux reprises recueillir ses souvenirs pour en écrire un livre, que ses enfants ont souhaité lui offrir, à elle mais aussi à toute la famille.

« En 1940 les enfants reviennent vivre à Paris avec leurs parents et la vie de famille reprend. Mais c’est l’Occupation et le climat psychologique est pesant. Il engourdit la vie quotidienne qui se poursuit malgré la nouvelle donne. Il y a le couvre-feu, les trottoirs dont il faut descendre pour laisser passer les Allemands quand on les croise, on les voit dans les rues, dans le métro, avec leur uniforme. On se fait petit, invisible, on rase les murs. Il ne faut rien dire, baisser la tête et tenter de passer inaperçu autant que possible. »

Tu feras ça plus tard

Témoignage : Une émotion intense

« Ce livre sur le Bas Breil fut un moment de grande surprise et d’une émotion intense. D’abord parce que cela faisait revivre ma jeunesse, mais aussi et surtout notre vie auprès de maman et papa qui étaient pauvres, étant des ouvriers agricoles, mais qui avaient une richesse de cœur et auprès desquels il faisait bon vivre. Ensuite parce que cela a été une surprise totale, préparée en secret avec mes frères et sœurs à l’occasion de mes 70 ans. Pour être concis, ce livre fut et demeure une énorme surprise, une grande émotion et du bonheur. Merci. »

Fernand.